Un nouvel accord chez azurèva : les contrats de génération.

La Loi du 1er mars 2013 impose à toutes les entreprises de plus de 300 salariés, de négocier un accord, avec les organisations syndicales, favorisant l’embauche des jeunes et le maintien dans l’emploi des salariés âgés.

Après 3 réunions de négociations (les 20/09, 15/10 et 28/11), les représentants de l’employeur et des salariés sont parvenues à un accord qui aborde les thèmes suivants.

a

I. Les engagements de l’employeur en faveur de l’insertion durable des « jeunes » (18-29 ans).

azurèva se fixe l’objectif de 26% d’embauches de jeunes en CDI sur la durée de l’accord, mais sur une prévision inconnue du total des embauches  (art 3.1).

A noter : sur la base des éléments fournis lors du diagnostic réalisé par l’employeur, cet objectif devrait représenter un total de

a

13 embauches de jeunes en CDI sur la durée de l’accord (3 ans) … à condition qu’azurèva embauches encore du personnel en CDI !

azurèva propose de mettre en place un parcours d’accueil dans l’entreprise pour chaque jeune (CDI ou CDD) embauché. Ce parcours consiste en :

1. Une matinée d’intégration (découverte de l’entreprise, de la prestation, …) et la remise d’un livret d’accueil présentant diverses informations sur l’entreprise (chiffres clefs, organigramme, accords d’entreprise, règlement intérieur, …) (art 3.2.1).

2. Désignation d’un parrain (ou marraine), choisi sur appel à candidature, parmi les salariés séniors,  pour une durée d’un an. Ce parrain  sénior sera une personne d’expérience chez azurèva, et sera chargé d’être auprès des « jeunes » pour les aider à connaitre l’entreprise (art 3.2.2).

3. Un entretien d’intégration et de suivi au cours de la période d’essai, afin d’évaluer l’intégration dans l’entreprise et la maîtrise des compétences (art 3.3).

A noter : le rôle du parrain ne doit pas être confondu avec celui de responsable hiérarchique ou de Délégué du Personnel.

a

II. Amélioration des conditions de travail des salariés « séniors » (plus de 50 ans).

azurèva propose  sur  7 actions principales, en faveur de l’amélioration des conditions de travail et du maintien dans l’emploi des salariés « séniors » :

1. azurèva souhaite à maintenir son effectif de salariés « séniors » et à s’aligner sur les taux moyens du tourisme réceptif (art 4.1).

2. azurèva s’engage à étudier et à rechercher des améliorations pour les postes de tous les salariés de plus de 55 ans, qui en feront la demande. Les postes référencés « pénibles » seront étudiés avec une plus grande attention (art 4.2).

3. L’entreprise propose à tous les salariés de plus de 45 ans un Entretien de seconde Partie de Carrière (E2PC) pour prévoir l’évolution ou la reconversion professionnelle des salariés qui le souhaitent (art 4.3).

4. azurèva s’engage à favoriser l’accès à la formation, le bilan de compétence, la VAE, le DIF, pour tous les salariés de plus de 50 ans. Ces dossiers seront prioritaires (art 4.4).

5. azurèva propose à tous les salariés de 60 ans et plus ayant au moins 5 ans d’ancienneté, la possibilité de réduire leur temps de travail pendant deux ans, jusqu’au jour du départ à la retraite. L’entreprise prendra en charge le surcoût des cotisations jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein et dans la limite de 2 ans maximum, sur la base d’un salaire reconstitué temps-plein (art 4.5.2).

6. En cas d’inaptitude d’un salarié de 50 ans et plus, et en cas de reclassement entrainant une baisse de rémunération, azurèva compensera pendant un certain temps et de façon dégressive, la perte de salaire (art 4.5.3).

7. Priorité aux fonctions de parrain, tuteur, référent métier, intervenant métier, pour tous les salariés « séniors » (art 4.5.4).

A noter : ces articles ne comportent pas d’objectif chiffré quant au maintien dans l’emploi des séniors, même si la délégation FO réaffirme ici sa position sur l’allongement de la durée du travail et le recul de l’âge légal de départ en retraite.

Pas d’objectif chiffré non plus, quant au nombre d’aménagements de postes pour les salariés de plus de 55 ans.  Il est à craindre que peu de salariés ne bénéficient de cette mesure.
a

III. Transmission des savoirs et des compétences.

Dans l’article 5 de cet accord, azurèva s’engage sur 3 points favorisants la transmission intergénérationnelle des savoirs :

1. Les tuteurs seront prioritairement des salariés « séniors ». Ils percevront une prime et bénéficieront du temps « nécessaire » à l’accueil, au suivi et au bilan de la période d’alternance du « jeune » (art 5.1 et 5.2).

2. Formation obligatoire de 28 heures pour tous les tuteurs et parrains (art 5.3).

3. Accès aux formations de « renforcement du socle de compétences » (expression orale et écrite, calcul, …) pour tous les salariés « jeunes » et « séniors » qui en exprimeront le besoin (art 5.4).

a

IV. Prise en compte de l’égalité professionnelle.

Cet article 6 renvoie aux négociations « égalité professionnelle » qui se dérouleront en début d’année 2014.

A noter : nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancée de ces négociations.

a

V. Egalité d’accès à l’emploi.

Après avoir constaté des disparités dans les effectifs de l’entreprise, azurèva souhaite favoriser l’accès aux emplois de « cadres » pour les femmes, et aux emplois « à responsabilité » pour les jeunes, afin de rétablir un certain équilibre (art 7).

A noter : ce constat est fait, surtout concernant les femmes, depuis bien longtemps par vos représentants au CE.

Nous espérons beaucoup des futures négociations « égalité professionnelle femmes-hommes » pour améliorer cet état de fait.

a

VI. Accès à la formation.

azurèva s’engage à réserver au moins 15% des dépenses de son plan de formation aux jeunes qui ont une qualification inférieure à Bac+2.

De même, 5% au moins des dépenses du plan de formation seront réservés à la formation des tuteurs et parrains.

A noter : la délégation FO demandera à la commission formation du CE d’être vigilante sur cet article 8.

a

En conclusion , les membres de la délégation FO constatent qu’un certain nombre d’articles de cet accord « contrats de génération », repris de l’accord « séniors », signé en 2009 par les organisations syndicales et azurèva, n’ont pas été mis en application.

Au vu du peu d’engagements pris par l’employeur, FO exige une application stricte des mesures décidées dans cet accord « contrats de génération ».

Les membres de la délégation FO sont conscients que les mesures proposées par les représentants de l’employeur sont à la hauteur de la situation économique d’azurèva.

Cependant, les membres de la délégation FO ont pris note que cet accord devra être revu au plus tard en 2015, et réactualisé en fonction de l’évolution de la situation de l’entreprise.

Au final, même si cet accord ne comporte pas d’avancées sociales majeures, les membres de la délégation FO considèrent que son contenu ne porte pas préjudice aux intérêts des salariés.

a

a

Tags : , , , , , , , , ,


2 réponses à “Un nouvel accord chez azurèva : les contrats de génération.”

  1. POLITA Bernard dit :

    Je viens de parcourir les paragraphes pour les personnes de plus de 55 ans AZUREVA
    à étudier pour amélioration des postes référencés pénible seront étudiés par grandes
    attentions ART 4.2 A qui le demander.

    • admin dit :

      Bonjour Bernard,

      nous sommes navrés pour cette réponse tardive, mais notre blog était inaccessible pendant un long moment. La technique …

      Tu fais référence à l’article 4.2 de l’accord « Contrat de génération », signé en décembre 2014.

      La demande doit être faite à ta direction. Nous te conseillons d’en faire la copie au service RH, au Siège.

      Nous restons à ta disposition pour plus de renseignements.

      Cordialement,
      Tes élus FO.

Laisser un commentaire